Légitim Conseil - Courtier en assurance en Essonne

Tous les articles de la catégorie : Professionnel

Cyber-attaque : un sujet d’actualité !

En quoi consiste une Cyberattaque ?

La définition de cyberattaque est le fait de mettre en place un acte de malveillance envers des systèmes informatiques.

Une cyberattaque revêt aujourd’hui plusieurs formes, dont voici 3 exemples :

  • Le Rançongiciel ou Ramsomware, il s’agit d’un logiciel malveillant qui chiffre l’ensemble de ses données (fichiers clients, comptabilité, factures, plans, messagerie, etc.). L’accès aux fichiers est bloqué, un message s’affiche alors pour réclamer le versement d’une rançon en échange de la clé de cryptage.
  • L’hameçonnage ou Phishing est une technique qui consiste à usurper l’identité d’une entreprise, d’un organisme financier ou d’une administration dans le but de récupérer des informations personnelles pour en faire un usage criminel.
  • L’attaque DDOS, L’attaque par déni de service consiste à rendre le site internet de la victime indisponible. Cette attaque peut toucher toutes les organisations ayant un système d’information connecté à internet. L’attaque DDOS passe par l’envoie de multiples requêtes à la source Web dans le but de saturer le site internet.

Quel coût peut engendrer une cyberattaque ?

On estime que 1/3 des TPE, victimes de cyberattaques, ont subi un préjudice supérieur à 50 000 € et allant jusqu’à plus de 100 000 €.

Et pour la moitié des PME ayant été impactées, le coût financier moyen est évalué entre 300 000 € et 500 000 €.

Au-delà du prix de la rançon, les coûts indirects en raison de l’interruption forcée de l’activité, de la perte de réputation et de la perte des données seraient 5 à 10 fois plus élevés.

Alors Quelles sont les solutions ?

Tout d’abord, la première étape, est d’établir avec son prestataire informatique un cahier de charges précis sur la protection nécessaire (antivirus, pare-feu, vpn, sauvegarde externalisée, modification régulière des mots de passe…).

Malheureusement, dans un contexte économique et sanitaire compliqué, les cyberattaques se sont accentuées dès le premier confinement et récemment depuis le re-confinement.

Le télétravail a augmenté la fragilité et la vulnérabilité (ordinateur sans mise à jour de sécurité, protection internet au domicile insuffisante, ouverture de mails frauduleux par manque de formation …).  N’oublions pas que la faille se situe entre la chaise et le bureau !

On constate également que les compagnies d’assurance revoient leurs conditions générales, en excluant tout simplement le risque Cyber, qui était parfois en inclusion (avec des garanties limitées) dans certains contrats RC professionnelle.

Donc La solution complémentaire indispensable, est de souscrire un contrat d’assurance Cyber « sur-mesure », qui, certes, n’empêchera pas l’attaque, mais vous permettra d’être accompagné par des experts, de la déclaration du sinistre jusqu’à sa résolution.

  • Experts informatiques
  • Avocats
  • Experts en communication.

Qui plus une garantie accessible !

A partir de 50€ /mois en fonction de votre activité et de votre chiffre d’affaire … N’hésitez pas à nous demander votre devis personnalisé.

Ce contrat d’assurance Cyber sera le filet de sécurité de votre entreprise !

 

Lire la suite

Lancement de l’offre HCR Multirisques, dédiée aux hôtels , cafés et restaurants

Lancement de HCR Multirisques
 
Aujourd’hui, UMIH (Union des Métiers de l’Industrie Hôtelière), GNI (Groupement National des Indépendants Hôtellerie & Restauration), GNC (Groupement National des Chaînes Hôtelières), SNRTC (Syndicat National de la Restauration Thématique et Commerciale), Klesia et Malakoff Humanis ont décidé, après analyse des offres du marché, de sélectionner Generali pour développer une offre spécifique dédiée aux hôtels, cafés et restaurants et d’assurer conjointement des actions de promotion.
UMIH, GNI, GNC et SNRTC ont sollicité les partenaires historiques de leurs régimes santé et prévoyance, Klesia et Malakoff Humanis, afin d’identifier une nouvelle solution multirisques adaptée aux besoins de la profession, avec un assureur de référence.
 
HCR Multirisques : une offre dédiée pour les clients hôtels, cafés et restaurants
 
HCR Multirisques couvre les entreprises de la branche, avec un éventail de solutions reconnues et parfaitement adaptées au contexte Covid :
 
• L’assurance multirisque professionnelle « 100% PRO », qui bénéficie de plusieurs distinctions et qui a notamment été récompensée par le Label « Excellence Or » en 2018 et 2019. Un contrat modulable selon les attentes des entreprises qui offre des garanties spécifiques pour protéger l’activité professionnelle et met à la disposition des chefs d’entreprise plusieurs services pour faciliter leur quotidien.
 
• La garantie « Covid Protection Salariés et TNS » : une garantie d’assurance et d’assistance pour aider le chef d’entreprise et ses salariés à traverser l’épreuve de la maladie Covid-19. Cette garantie est offerte pour toute l’année 2021 aux assurés pour toute souscription d’une « HCR Multirisques ». Elle comprend un service d’assistance disponible à tout moment via un numéro dédié (orientations juridiques et pratiques, soutien psychologique) ainsi qu’un accompagnement en cas d’hospitalisation due au coronavirus (indemnisation financière, indemnités de convalescence, assistance pendant et après l’hospitalisation). Cette garantie sera financée par Generali France ou ses filiales sur leurs fonds propres sans qu’elles n’en retirent aucun bénéfice technique ou financier.
 
• L’accompagnement « Mon Rebond Pro » pour les dirigeants d’entreprise en situation critique, un dispositif gratuit de soutien développé avec 3 associations partenaires reconnues d’intérêt général et au service des chefs d’entreprises : SOS Entrepreneurs, 60 000 Rebonds et l’APESA.
 
UMIH, GNI, GNC et SNRTC se sont réjouis, lors d’une conférence de presse tenue le 25 novembre, de la mise en place d’HCR Multirisques dans un délai rapide, permettant aux entreprises de trouver une solution assurantielle adaptée avant la fin de l’année.
 
Le risque pandémie est explicitement exclu du contrat laissant au régime CATEX le soin d’indemniser les pertes d’exploitation suite à pandémie.
 
La commercialisation de l’offre est lancée dès le 25 novembre.
 
Nous sommes bien entendu à votre disposition pour vous proposer cette nouvelle offre dès maintenant.
 
Très cordialement.
 
#courtiersolidaire
Lire la suite

Prévention en période de confinement : l’AMRAE et l’ANSSI publient un guide de la gestion de crise Cyber

Face à une menace informatique toujours croissante et en mutation, la gestion de crise cyber est devenue une nécessité pour toutes les organisations. S’y préparer n’est plus une option ! L’AMRAE (Association pour le Management des Risques et des Assurances de l’Entreprise) et l’ANSSI (Agence nationale de la sécurité des systèmes d’information) publient le 30 octobre 2020 un guide qui permet d’organiser des exercices de gestion de crise d’origine cyber, l’occasion pour les joueurs comme pour les organisateurs de progresser dans leurs réflexions.

Toutes les organisations peuvent accéder en toute liberté à ces ressources.

organiser-un-exercice-de-gestion-de-crise-cyber

 

 

Lire la suite

Faut-il transférer son épargne retraite Madelin vers un nouveau contrat PERin ?

Faut-il transférer son épargne retraite Madelin vers un nouveau contrat PERin ?

A l’attention des TNS | gérants majoritaires, professions libérales, commerçants et artisans.
Temps de lecture : 2 minutes

Faut-il transférer son contrat retraite Madelin vers un PERin ?

Courant mars, au début de la crise sanitaire, nous vous avons proposé une note concernant les options qui s’offraient à vous pour votre contrat retraite Madelin afin de protéger votre trésorerie (mise en réduction, diminution des cotisations périodiques et souscription d’un contrat PERin).
A l’heure où la plupart des contrat retraite Madelin ne sont plus ouverts à la souscription, le PERin ne met pas fin à l’existence des contrats d’épargne déjà souscrits. Ainsi, si vous avez déjà un Madelin, votre contrat continue d’exister, et de répondre aux règles qui lui sont propres. Il convient de se poser la question des avantages et inconvénients liés au transfert de votre ancien contrat retraite Madelin vers la nouvelle version PERin.

Les avantages du contrat PERin

Le nouveau contrat PERin dispose de nombreux avantages que ne possède pas l’ancien :
• Cas de rachat anticipé pour acquisition de votre résidence principale,
• Disponibilité totale ou partielle en capital au moment de la liquidation de votre retraite,
• Plus d’obligation de versements périodiques
• Faculté de regrouper plusieurs contrats existants
• …

Transférer l’ancienne version vers la nouvelle ?

Transférer son épargne retraite vers la nouvelle version peut paraitre alléchante pour bénéficier de l’ensemble de ces nouveaux avantages.
Toutefois il faut être vigilant sur plusieurs points :
• Vérifier les garanties de vos contrats qui seront perdues en cas de transfert : garantie de table de mortalité & garantie de taux technique (que vous avez payé depuis l’ouverture de votre contrat) ;
• Assurer de vous de pouvoir à nouveau souscrire aux garanties de prévoyance (de nouvelles formalités médicales seront à remplir) ;
• La fiscalité au moment de la retraite (sortie en rente ou en capital) sera différente et aura un impact sur les montants nets à percevoir ;
• La fiscalité en cas de décès avant le départ à la retraite sera différente ;
• Des frais de transferts peuvent être appliqués ainsi que des frais d’entrée (sur le nouveau contrat en dehors d’un transfert au sein d’un même organisme).
Bien entendu, la perte de ces avantages est à pondérer en fonction des montants effectivement placés. Vous ne serez pas touchés de la même façon si vous avez épargné 100.000€ ou 10.000€…

Le bon moment pour transférer ?

La crise sanitaire est également une crise économique ayant fortement impacté les marchés.
En fonction des supports d’investissement retenus, vous pouvez être plus ou moins touchés. En effet, si vous avez opté pour :
• Un support en euros : vous n’êtes pas impacté (capital garanti) et en tenant compte des paramètres évoqués ci-dessus vous pourrez décider ou non de procéder au transfert
• Des unités de compte (actions, obligations, …) : vous pouvez être plus ou moins impactés car procéder au transfert de votre contrat retraite Madelin fixera éventuellement une perte. Il conviendra peut-être de reporter votre projet de transfert lors d’un retour à meilleure fortune.

Alors transférer son contrat retraite Madelin vers un nouveau PERin ?

Comme nous venons de l’évoquer, il conviendra de procéder à l’analyse du contrat retraite Madelin et des sommes en jeux avant de procéder au transfert.
Nous nous tenons à votre disposition pour analyser l’opportunité du transfert de votre(vos) contrat(s) existant(s) en fonction de leur situation et de vos objectifs.
Lire la suite

5 Bonnes raisons de vous assurer contre les cybers attaques !

5 bonnes raisons de vous assurer contre les cybers attaques :

  1. Parce qu’aucune autre assurance ne vous couvre contre les cyber-risques !

Même si vous avez déjà souscrit à une RC Pro, une assurance « Tous risques informatiques » ou une assurance « Fraude ». Sachez que vous n’êtes pas protégés contre les cyber-risques. Votre assurance RC Pro couvre en effet uniquement les dommages subis par un client/tiers qui remettraient en cause la qualité de vos prestations. Cependant, elle n’inclut pas les dommages liés à une cyber-attaque. L’assurance Fraude quant à elle couvre le patrimoine financier de votre entreprise (comptes en banque, trésorerie, épargne, etc.) notamment en cas d’abus de confiance et d’usurpation d’identité. Pour autant, elle ne couvre pas les atteintes à l’intégrité de votre système d’information et/ou des données détenues par votre entreprise. Enfin, votre assurance Tous risques informatiques couvre uniquement les dommages matériels subis par vos équipements informatiques.

  1. Pour confier la gestion de l’incident à l’assureur et ses experts

Les cyber-incidents demandent bien souvent l’intervention d’experts pour résoudre les incidents le plus rapidement possible. Néanmoins, toutes les entreprises ne disposent pas de telles ressources et se retrouvent bien souvent seules pour résoudre ces incidents. S’assurer, c’est se donner les moyens de s’offrir une assistance quand cela est nécessaire. Vous pouvez alors vous reposer sur les compétences de l’assureur et de ses experts partenaires. Cela vous fera gagner du temps le jour J et vous permettra de vous concentrer sur la reprise de votre activité qui doit être l’une de vos principales priorités.

  1. Pour assurer la continuité de votre activité

La principale conséquence d’un « cyber-incident » pour les entreprises est l’interruption de l’activité, ce qui a notamment un impact direct sur les chaînes d’approvisionnement. Perte de temps, perte d’argent, perte de ressources… les conséquences d’un arrêt d’activité sont multiples. Selon Continuity Central, 93% des entreprises ayant perdu leurs données ou l’accès à celles-ci pendant 10 jours ou plus ont fait faillite dans l’année suivant l’attaque. Cela indique clairement la conséquence à court terme d’une rupture d’activité ou de discontinuité des services d’une entreprise. D’où l’importance de construire en amont un plan de récupération des données et de réactivation des services perdus. Lorsqu’une attaque survient, il est essentiel de se faire aider de professionnels pour rétablir le retour à la normal.

  1. Pour transférer le coût financier à l’assureur

Au-delà des problèmes techniques qu’engendrent les attaques informatiques, les conséquences sont également financières. En effet, les entreprises touchées par l’attaque doivent prévoir de nombreux coûts :

  • Frais de notification aux individus affectés et aux régulateurs
  • Frais d’expertise IT des systèmes endommagés
  • Frais de réparation et de restauration des données
  • Honoraires d’avocats et frais de défense en général
  • Frais de relations publiques pour gérer une éventuelle communication de crise
  • Frais de veille des données affectées
  • Dommages et intérêts aux tiers en cas de violation de leurs données personnelles ou confidentielles
  • Possibles pénalités infligées par les régulateurs
  • Potentielles demandes de rançon en cas de cyber-extorsion.

En s’assurant convenablement, les entreprises peuvent transférer une bonne partie de ces coûts à l’assureur qui va prendre en charge ces frais.

  1. Pour préserver votre réputation

Nombreuses sont les attaques qui entachent l’image et la réputation de la marque. En effet, la réputation de la marque est considérée comme un actif fragile. Il faut parfois des dizaines d’années pour établir une réputation auprès de clients mais il suffit d’une seule attaque pour l’anéantir du jour au lendemain. C’est d’ailleurs pour cela que la plupart des entreprises ne notifiaient pas systématiquement leurs attaques. Néanmoins, si toutes les entreprises ne sont pas soumises à l’obligation de notification, cela va changer avec la nouvelle réglementation Européenne RGPD (applicable à partir du 24 mai 2018). A partir de cette date, toutes les entreprises seront soumises à l’obligation de notification auprès de leurs clients, employés et partenaires commerciaux sous peine de sanctions élevées (plafonnées à 5% du chiffre d’affaires mondial ou 20 000 00 d’Euros – le plus important des deux).

Pour faire face à ces pertes d’image et de réputation votre assurance peut vous aider, notamment en vous offrant la possibilité d’engager une agence de communication pour gérer une éventuelle communication de crise et préserver au mieux votre image.

Pour une vérification  de votre exposition au risques, et une étude  personnalisée , contactez-nous !

 

Source / Hiscox

 

Lire la suite

Assurance construction : la liquidation d’Elite Insurance laisse près de 60 000 assurés sans contrat

Assurance construction : la liquidation d’Elite Insurance laisse près de 60 000 assurés sans contrat

Les administrateurs de cet assureur basé à Gibraltar et en liquidation judiciaire depuis fin 2019 ont prononcé la résiliation de tous les contrats d’assurance construction souscrits par les clients français, a annoncé l’Autorité de contrôle prudentiel et de résolution (ACPR), le superviseur français du secteur. “Le 15 septembre 2020, les administrateurs de la compagnie (…) ont prononcé la résiliation et la cessation des effets de tous les contrats d’assurance construction souscrits par les assurés français auprès d’Elite Insurance Company LTD”, a ainsi fait savoir le superviseur.

Cette décision porte à la fois sur les contrats d’assurance :

  • Dommages ouvrage,
  • Responsabilité civile décennale,
  • Responsabilité civile professionnelle,
  • Constructeur non réalisateur,
  • Tout risque chantier,
  • Constructeur de maison individuelle et garanties financières d’achèvement.
Lire la suite

Bonnes pratiques : réouverture des locaux inoccupés

Bonnes pratiques : réouverture des locaux inoccupés

INTÉRIEUR DES BÂTIMENTS

> Toutes les installations techniques qui avaient été mises à l’arrêt durant la période d’inoccupation, doivent être déconsignées avec une attention particulière :

– remise en route des armoires électriques qui avaient été coupées ;

réouverture progressive et par tronçon des arrivées d’eau, des réseaux sanitaire et incendie, afin de limiter le risque de dégât des eaux, en cas de rupture ou de fuite d’une canalisation et pour éviter les coups de bélier ;

réarmement des vannes de gaz, après réactivation des détecteurs de fuite de gaz (si présents), afin de limiter les risques d’intoxication, d’explosion et d’incendie ;

– remise en route des équipements de compression air/froid, avec vérification des pressions et purge des réseaux ;

– remise en route des installations de chauffage, en vérifiant au préalable le bon fonctionnement de tous les organes de sécurité.

> Un tour complet de l’intérieur des locaux et des moyens de secours en place (extincteurs, RIA, trappes de désenfumage, Blocs Autonomes d’Éclairage de Sécurité – BAES…) doit être réalisé, afin de détecter toute anomalie.

> Toutes les portes coupe-feu doivent être remises en position « ouverte » et un test de déclenchement manuel doit être réalisé, afin de s’assurer qu’elles se ferment correctement. Lorsqu’elles sont équipées d’un Détecteur Autonome Déclencheur (DAD), ce dernier doit être réarmé.

> Tous les outils de production (machines, chaînes de fabrication, robots, appareils de levage…), qui avaient été mis à l’arrêt durant la période d’inoccupation doivent être remis en service en respectant scrupuleusement les procédures et consignes de redémarrage des constructeurs (suivi d’une check-list de contrôles préalables, vidange de fluide hydraulique, mise à niveau, réglages.) afin de limiter le risque de bris de machine.

> L’intérieur des bâtiments doit être laissé dans un état de rangement et de propreté, permettant de reprendre l’activité dans de bonnes conditions, tout en ne favorisant pas la propagation d’un éventuel départ d’incendie :

– les charges calorifiques inutiles dans les zones de productions (emballages, produits finis…) doivent être limitées au maximum et éloignées de toute source d’ignition ;

– les liquides combustibles et/ou inflammables doivent être stockés dans des locaux résistant au feu, sur des bacs de rétention métalliques ou dans des armoires de sécurité, quand leur volume reste limité ;

– les bombes/boitiers aérosols doivent être stockés dans des armoires métalliques fermées ;

– les produits et substances susceptibles de réagir en l’absence de personnel et opérateur doivent être stockés dans des armoires de sécurité.

 

L’ENVIRONNEMENT EXTÉRIEUR

> Un tour complet de l’extérieur des locaux (clôtures, portes d’accès aux locaux, portails d’accès véhicules…) doit être réalisé, afin de détecter toute détérioration révélatrice d’une tentative d’intrusion et de s’assurer du bon fonctionnement des points de fermeture.

> Un point d’attention particulier est à porter sur l’évacuation du personnel, en contrôlant :

– les issues de secours (accessibilité, bon fonctionnement des barres anti-panique…) ;

– les parcours d’évacuation (signalisation, accessibilité) ;

– le(s) point(s) de rassemblement (signalisation, accessibilité).

 

> L’extérieur des bâtiments doit être maintenu libre de tout stockage de marchandise combustible

(bennes à déchets, stockage de palettes…), à moins de 10m des bâtiments, y compris sous les auvents.

> Une surveillance extérieure du site doit être conservée, pendant les périodes d’inoccupation des locaux (nuits, week-end, jours fériés, fermeture annuelle), sous la forme de rondes périodiques sur site, soit par du personnel de l’entreprise, soit par ,une société externe de gardiennage, afin de détecter rapidement toute anomalie.

 

MAINTENANCE DES EQUIPEMENTS TECHNIQUES ET DES MOYENS DE SECOURS

 > Toutes les centrales d’alarmes des systèmes automatiques de détection et/ou d’extinction d’incendie doivent être contrôlées visuellement (absence de voyants de défauts, pas d’alarme persistante…).

> Toutes les centrales d’alarmes des systèmes automatiques de détection d’intrusion et de vidéosurveillance doivent être contrôlées visuellement (absence de voyants de défauts, pas d’alarme persistante).

> En cas de renvoi des alarmes vers une société de télésurveillance, cette dernière doit être avisée

de la réouverture des locaux et de la reprise d’activité de l’entreprise.

> Tous les essais/vérifications/contrôles périodiques des moyens de secours (extincteurs,

RIA, systèmes de désenfumage…), des systèmes automatiques de détection et/ou d’extinction d’incendie ou encore des utilités techniques (installations électriques, groupes de froid…), qui n’ont pas pu être réalisés pendant la période d’inoccupation des locaux, doivent être programmés dans les 3 mois suivant la reprise de l’activité.

 

Sachez que dans le cas d’une période d’inoccupation de plus d’1 an, un nouveau contrôle réglementaire des installations électriques et une vérification par thermographie Infrarouge, doivent être planifiés.

> Avant toute réutilisation, les chariots de manutention doivent faire l’objet de points de vérification : contrôle des batteries (niveau d’électrolyte, tension…), vérification des réservoirs si moteur thermique, contrôle des systèmes de levage (état des flexibles hydrauliques, niveau de fluide…).

> Si des travaux par point chaud ont lieu pendant la période de réouverture ou lors de travaux de maintenance, un permis de feu doit être établi et accompagné obligatoirement de la réalisation d’une ronde de surveillance, au minimum 2 heures après la fin des travaux.

 

Notre équipe reste à votre disposition pour vous accompagner !

SOURCE : MMA

Lire la suite

Zoom : comment protéger les données personnelles des entreprises ?

Zoom : comment protéger les données personnelles des entreprises ?

Avec le confinement et l’explosion du télétravail, les services de vidéoconférence sont utilisés par des milliers de professionnels.

L’application Zoom, en particulier, a su séduire les utilisateurs particuliers comme professionnels.

Sa fonctionnalité d’arrière-plan virtuel a éveillé l’intérêt et la créativité de nombreux confinés partout dans le monde. Les téléchargements de l’application gratuite auraient bondi 1 270 % entre le 22 février et le 22 mars, selon Learnbonds, une publication financière. Malheureusement, sa médiatisation est aussi entourée d’une polémique. Depuis quelques semaines, des rumeurs émergent, elles font état de failles de sécurité des données. En plein dans la tourmente la société a réagi très rapidement pour réparer ses erreurs de programmation.

Retour sur la polémique autour de l’application Zoom

L’application zoom a initialement été conçue pour réaliser des télé conférences entre professionnels, mais avec la crise du coronavirus, les particuliers se sont empressés de l’utiliser pour garder un lien avec leurs proches. Face à cette utilisation massive, les utilisateurs ont eu la mauvaise surprise de voir leurs données personnelles partagées à Facebook. Mais comment pouvait-on l’imaginer alors que toutes les entreprises en Europe doivent respecter le RGPD ?

Le respect de le RGPD

Le RGPD est entrée en vigueur le 25 mai 2018. Toutes les entreprises étaient appelées à se mettre en conformité avec la réglementation européenne. Les risques cyber étant très élevés au niveau des application web, il leur a été demandé de réaliser une analyse d’impact relative à la protection des données (DPIA) dans le but de responsabiliser les organismes. La question se pose pour Zoom ? Dépassé par son succès, l’entreprise a-t-elle bâclé cette étape ? En effet, la plus grande polémique autour de cette affaire réside dans un partage suspect des informations de localisation vers le réseau social Facebook. Selon Loïc Rousseau, le PDG de Zoom France, le partage a été fait à leur insu, puis réglé sous 24h. Sachez que le partage d’informations est autorisé mais à la seule et unique condition que les utilisateurs soient prévenus en amont, et aient donné leur accord. Auquel cas, l’entreprise peut être condamnée.

Les services de vidéoconférences victimes de meeting-bombing

L’importance de sécuriser les téléconférences est plus qu’indispensable. Pour cause, si les bases de sécurité ne sont pas solides, il est très facile pour un hacker de s’infiltrer, sans qu’il ne soit repéré, dans les conférences en cours. C’est d’ailleurs ce qui s’est passé pour Zoom. La solution pour les applications ? Chiffrer les données de bout en bout. Une méthode de sécurisation des données, qui permet de donner accès au contenu d’un appel ou d’un message exclusivement aux parties concernées. Les pirates ne peuvent alors plus exploiter le contenu des discussions.

Comment faire barrière aux cyber attaques ?

  1. Renforcer le VPN d’entreprise pour le protéger des cyber attaques

En cette période où le travail à distance est de mise, un VPN (un réseau privé virtuel) est couramment utilisé pour permettre aux travailleurs d’avoir accès au réseau d’entreprise en toute sécurité depuis leur domicile. Nous l’avons souligné, les attaques cyber sont plus que virulentes ces derniers temps. Nous vous recommandons donc de mettre l’accent dans la protection de votre VPN, en suivant les étapes suivantes :

  • Appliquez les dernières mises-à-jour de sécurité.
  • Eteignez vos services, s’ils n’ont pas encore été mis-à-jour, pour éviter toute attaque.
  • Réinitialisez les informations d’authentification des VPN concernés.Le règlement général sur la protection des données (RGPD) protège les données personnelles des particuliers mais aussi celles de vos partenaires BtoB. C’est pour cela qu’il est formellement demandé de ne JAMAIS utiliser votre ordinateur personnel pour travailler sur des dossiers professionnels. Cela évite les risques de fuite.

2. Préférer son ordinateur professionnel plutôt que son ordinateur personnel.

Le règlement général sur la protection des données (RGPD) protège les données personnelles des particuliers mais aussi celles de vos partenaires BtoB. C’est pour cela qu’il est formellement demandé de ne JAMAIS utiliser votre ordinateur personnel pour travailler sur des dossiers professionnels. Cela évite les risques de fuite.

Notre conseil :

Un piratage informatique peut toucher n’importe quelle entreprise, et vous pouvez en être la cible même si vous pensez que vous êtes « trop petit » pour intéresser les pirates.

Au contraire. Une cyberattaque peut être fatale pour votre entreprise.

Nous vous recommandons donc de souscrire un contrat Cyber .

Ainsi vous protégerez l’intégrité de vos systèmes informatiques et les données à caractère personnel et/ou sensible en votre possession.

Notre équipe, reste plus que jamais à vos cotés pour vous conseiller et vous proposer la solution adaptée à vos besoins !

Source : Hiscox

Lire la suite

Gestion de flotte automobile en cette période de confinement.

Gestion de flotte automobile en cette période de confinement.

En cette période de confinement, ma flotte de véhicules reste immobilisée sur parc.
Puis-je en diminuer les garanties pour réduire le coût de mon assurance « flotte automobile » ?

Si la solution semble intéressante financièrement au regard de la prime d’assurance flotte automobile, il est important de rappeler que cela n’est pas forcément sans conséquences.

En effet, vouloir diminuer les garanties, en supprimant la garantie « dommages tous accidents », et ne conserver que les garanties « tiers, vol, incendie », peut vous causer un préjudice important en cas de vandalisme.

En effet, les actes de vandalisme sont généralement couverts au titre de la garantie « vol », si ces actes sont concomitants à un vol ou tentative de vol.

En revanche, des rayures sur l’ensemble du véhicule, ou la crevaison des pneus sera couvert uniquement dans la garantie « dommages tous accidents ».

Et les vitres brisées seront couvertes par la garantie « bris de glace ».

Il est important de se référer aux conditions générales de votre contrat, pour connaitre les modalités d’intervention.

Enfin, il faut savoir que les garanties diminuées en cours d’année, ne peuvent être remises en vigueur qu’à l’a prochaine échéance principale du contrat.

Nous restons à votre disposition pour vous accompagner et vous conseiller sur les meilleurs choix à effectuer.

 

Lire la suite

COVID 19 : report des mises en demeure pendant la durée du confinement.

La trésorerie des entreprises est mis à mal durant la période de confinement. Pour faire face aux fermetures administratives et à la perte de chiffre d’affaire consécutif, les assureurs ont pris des engagements concernant le paiement des cotisations d’assurances.

Suspension des mises en demeure

La plupart des assureurs ont modifié leur process de recouvrement de primes.

En cas d’impayés, l’envoi des mises en demeures est suspendu pour les contrats d’assurances professionnelles, avec maintien des garanties pendant toute cette période de confinement.

Il en est de même pour les contrats d’assurances professionnelles dont les mises en demeures ont déjà été adressées début mars.

Attention toutefois, les mises en demeure adressées antérieurement et notamment sur l’exercice 2019 ne sont pas concernées par ces mesures.

Difficultés à régler les cotisations d’assurances

Par ailleurs, les entreprises les plus en difficulté financièrement peuvent demander aux Compagnies le report des cotisations d’assurances « dommages ». Si celui-ci n’est pas automatique, l’aménagement pourra être étudié au cas par cas.

Concernant les assurances collectives, en revanche, cela semble plus compliqué ; les cotisations ne devraient pas faire l’objet d’aménagement de règlement mais les process concernant les mises en demeure seraient applicables.

Pour rappel, l’employeur précompte sur les feuilles de paie la part salariale (que ce soit en prévoyance, santé ou retraite) et se doit donc de les reverser à la Compagnie.

Et après ?

Les primes resteront dues et devront être réglées une fois le confinement à son terme : des facilités de paiement pourraient être envisagées au cas par cas.

La situation est totalement inédite et nous devons trouver ensemble les moyens de passer ce cap difficile.
Aussi, n’hésitez pas à nous contacter si vous souhaitez mettre en place des facilités de paiement. Chaque demande sera traitée au cas par cas et une réponse personnalisée vous sera apportée.

Lire la suite